CLICE Maintenance a.s.b.l.

Le lieu d’échange et d’information des maintenanciers

La maintenance chez Spa Monopole (09/2017)

La maintenance chez SPADEL : visite du site d’embouteillage Spa Monopole et présentation de l’évolution de sa maintenance.

Séminaire du 14 septembre 2017 à Spa.

Spadel est un groupe familial européen qui produit et commercialise des marques d’eaux minérales naturelles, d’eaux de sources et de boissons rafraîchissantes : Spa, Bru, Wattwiller, Carola, Brecon Carreg et Devin.

Les sites de production sont : SPADEL

  • Spa Monopole (Spa, Belgique)
  • Bru-Chevron (Stoumont-Lorcé, Belgique)
  • Les Grandes Sources de Wattwiller (Wattwiller, France)
  • Les Eaux Minérales de Ribeauvillé (Ribeauvillé, France)
  • Brecon Mineral Water (Trap, Pays de Galles)
  • Devin (Rhodophe Mountains, Bulgarie)

Le groupe emploie environ 1300 collaborateurs et réalise un volume annuel de 854 millions de litres. Spadel domine le marché belge des eaux minérales.

Ligne aseptiqueLe site d’embouteillage Spa Monopole emploie 450 personnes et a réalisé, fin 2016, un volume annuel de 440 millions de litres d’eaux minérales naturelles et limonades de Spa.
Le site de Spa a connu de nombreux investissements avec par exemple, l’achat d’une nouvelle ligne aseptique permettant de soutirer les limonades plates et pétillantes sans conservateurs.

La maintenance sur le site d’embouteillage Spa Monopole.

Plusieurs responsables du site ont présenté à un public attentionné de plus de 40 personnes l’évolution des services de maintenance et la manière dont ils ont dû s’adapter pour contribuer au développement de l’entreprise :

  • Face à l’augmentation des volumes produits, le rôle de la maintenance a fortement évolué du fait d’une plus grande saturation de l’occupation des lignes de production.
  • L’intégration dans le projet d’amélioration continue Saphir : projet participatif dynamisant les liens entre production et maintenance.
  • La mise en œuvre du logiciel ERP SAP et de son module PM au sein de la maintenance.
  • Le renouvellement ainsi que la complexité croissante des équipements de production.
  • Le management des recrutements et de l’intégration des techniciens au sein du service.

    DSC 8930-red 

Présentation de l’entreprise Spadel.
E. Kazmierczak, Customer Complaint Manager

E.Kazmierczak DSC 8931Eric Kazmierczak n’a pas manqué d’enthousiasme pour nous présenter l’entreprise Spadel : les différents sites de production et les marques de ce groupe familial européen, la stratégie de leader de boissons naturelles, les marchés couverts, les «3 catégories de boissons ainsi que quelques chiffres clés.
Il s’est ensuite fait l’avocat de l’eau minérale naturelle par quelques chiffres, quelques comparaisons et une belle argumentation sur la pureté de cette boisson vitale. Ce qui l’a conduit tout naturellement à nous présenter le site de Spa et les moyens mis en œuvre pour conserver les qualités et la pureté des eaux minérales de ses sources. Tous les angles sont abordés et confirment le positionnement d’une entreprise ambitieuse et respectueuse de ses principes fondamentaux liés à un produit naturel :

  • Historique
  • Géographie, climat, géologie et minéralisation
  • Protections, pureté et biodiversité exceptionnelle
  • De la source directement au site d’embouteillage
  • Gestion durable des emballages et allègement des flacons
  • Les marques Spa et les volumes : les eaux plates, les eaux pétillantes, les limonades, les eaux plates et pétillants avec arômes naturels
  • La marque Bru et ses spécificités.

Eric Kazmierczak a terminé son intervention par quelques conclusions dont une peut les résumer toutes : La « naturalité » comme fil conducteur de l’innovation. « Quand l’homme protège l’eau, l’eau protège l’homme ».

Présentation du projet Saphir.

P.Dejardin DSC 8935P. Dejardin, Coordinateur Amélioration Continue Opérationnelle

P. Dejardin a résumé le programme d’amélioration continue opérationnelle SAPHIR en deux missions essentielles de première importance dans un marché hyper compétitif : d’une part, établir la passerelle entre les nouveaux projets, la production et la maintenance et, d’autre part, améliorer les performances industrielles par l’application de méthodes adaptées. Tous les collaborateurs des trois activités du site (siroperie, injection et embouteillage) sont concernés par les dix piliers opérationnels du système de production World Class Manufacturing dont le plan de déploiement s’étale de 2015 à 2019. Côté pratique, les cinq premiers axes d’amélioration nous sont commentés dans le détail : situation, définition et suivi d’indicateurs, application de la méthode des «5S», conclusions et procédures, ainsi qu’améliorations obtenues et résultats chiffrés.
Notre interlocuteur insiste également sur l’importance des journées de formation et du suivi des phases de lancement, ainsi que sur la communication régulière lors de réunions et par de la publication de tableaux de suivi et de résultats.

La maintenance sur le site de Spa Monopole.
C.Perilleux DSC 8977C. Périlleux, Chef de département Production et B. Dodemont, Chef de service Maintenance Préventive

Christophe Périlleux a commencé par définir le périmètre de la maintenance : 8 lignes de production (eau minérale plate et pétillante ainsi que limonades) dont une intégrée en 2018, 1 siroperie et ligne d’injection. La diversité des technologies mises en œuvre, le principe des lignes multi-formats (bouteilles de 0,5l à 2l, 24.000 à 60.000 bouteilles/heure) ainsi que l’activité saisonnière sont les spécificités du site.
En fonction des modifications du comportement des consommateurs et du lancement de nouveaux produits, la stratégie de maintenance du site a fortement évolué. Si pendant des années les lignes non-saturées ont bénéficié d’une maintenance essentiellement tournée vers la maîtrise des coûts, aujourd’hui les lignes sont de plus en plus saturées et la maintenance est orientée vers la disponibilité maximale de l’outil.
Les grands principes qui régissent la maintenance sont les suivants :

  • Production et maintenance = objectifs communs
  • Expertise conservée en interne et sous-traitance des tâches mineures
  • Priorité à la disponibilité des lignes et à une très grande flexibilité face aux changements (formats, groupages, etc.) pour faire face aux demandes du marché.
  • Mise en place d’une organisation professionnelle d’une maintenance planifiée et mesurée.

Christophe Périlleux a ensuite commenté les objectifs du passage d’une GMAO à SAP PM en 2013 : gestion d’un seul backup, réduction des coûts, suppression des multiples interfaçages, fiabilisation dans le partage des informations et gestion en temps réel. La préparation a joué un rôle de premier plan dans le succès de cette intégration : définition précise des besoins et utilisateurs, nombreux tests par les intervenants, plan de formation, coaching réguliers… Aujourd’hui, 55 techniciens utilisent SAP et le fonctionnement est en constante évolution.

B.Dodemont DSC 8980Pour sa part, Benoît Dodemont a présenté l’évolution de la maintenance sur le site depuis le projet « Maintenance professionnelle » qui a démarré en octobre 2013, avec de multiples interventions de Christophe Périlleux quand il s’agissait d’insister sur les difficultés rencontrées et sur les gains d’efficacité des équipes. Les lignes directrices du projet ont été commentées, ainsi que les différentes étapes de la Roue de la Maintenance, l’évolution de la structure des équipes et le principe de routes de prestations.
L’accent a été mis sur l’amélioration de la communication, sur l’importance des KPI et sur l’évolution des types de maintenance sur le site. Sur 21.500 ordres de maintenance en 2016, on peut répartir 58 % des prestations en maintenance préventive/proactive et 40% en maintenance réactive. Sur les trois dernières années, il faut aussi constater une très nette amélioration de la planification : le rapport travaux planifiés/travaux réalisés est passé de 50%/21% à 73%/63%.
Les très nombreux investissements réalisés sur les lignes de production entre 2010 et 2018 ont par ailleurs contribué à la complexité des tâches : technologies diversifiées et en constante évolution, couplage d’anciennes et de nouvelles technologies et manque de support des fournisseurs.
Conformément à la stratégie, la main d’œuvre représente 65,3 % du budget de la maintenance pour 11,7 % de sous-traitance et 23 % de pièces. Et si le site bénéficie d’un taux de rotation du personnel très faible, nos interlocuteurs n’ont pas manqué d’insister sur les grandes difficultés de recrutement.ChartreSpadel

Christophe Périlleux a terminé en situant les améliorations du projet « Maintenance professionnelle » dans le contexte des quelques difficultés rencontrées, la résistance au changement, les modifications constants de l’outil… tout en étant déterminé sur les améliorations planifiées : application du projet Saphir d’amélioration continue opérationnelle, outils de suivi des KPI, fiabilisation et plans de formation.

 

trombonne1Syllabi: Les présentations des orateurs sont téléchargeables pour les membres de CLICE Maintenance. (Réservé aux membres).



DSC 8952

 

 DSC 8965

Tous les remerciements de CLICE MAINTENANCE à Messieurs Périlleux et Dodemont ainsi qu’aux orateurs et à toute l’équipe pour leur accueil chaleureux et leur contribution à la réussite de ce séminaire. Il s’est terminé autour d’un agréable verre de l’amitié. L’occasion de découvrir et d’apprécier la large gamme Spa d’eaux aromatisées.

 

 

Newsletters

Sénégalité

CLICE Maintenance

soutient l'asbl

 

senegalite_logo

Maintenance Magazine

Mentions légales                        Politique de confidentialité                          Retour en haut de la page